Quand l'amour fait des ravages...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 2 : Rencontre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélanie Amethyst Lewelynn
Admin


Verseau Messages : 155
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 22
Localisation : Le Vésinet

MessageSujet: Chapitre 2 : Rencontre   Mer 27 Jan - 17:10

2/RENCONTRE




Point de vue d'Alesia


Je ne savais pas d'où je tenais cette certitude mais elle se faisait de plus en plus forte. Mon Dieu, où allais-je arriver ? Si je n'arrivais dans un endroit mortel, il faudrait que je pense à tuer ma meilleure amie. Le brouillard commença enfin à s'évaporer et il me sembla que j'étais arrivée. Sembla, parce que je n'en étais pas sûre, étant donné que je ne sentais rien sous mes pieds. Je me matérialisais entièrement et découvris avec horreur que je me trouvais dans le vide. En dessous, il y avait de l'eau qui s'écrasais contre la falaise avec fracas. Je tombais à une vitesse vertigineuse en hurlant. Il fallait que je me concentre, il fallait que je me téléporte... Je pensais à moitié à l'hôpital sans arriver le moins du monde à oublier la tuerie qui m'attendait en bas. Pense que tu es une sirène.
Une sirène ? Non, mauvaise idée. Ca n'existait pas. Quoique... nous vivions dans un monde de fous. Mais quand même, j'avais du mal à essayer de me mettre dans la peau d'une femme poisson. Et l'eau glacée qui se rapprochait...
Il ne me restais plus qu'une chose à faire. Appeler à l'aide. Bon, ça semblait aussi inutile qu'essayer de devenir une sirène. Qui pourrait-il y avoir à côté d'une falaise ?
Il ne me restait presque plus de vide à traverser. Mon coeur battait de façon hachée. Mark, je t'aime. Et j'appelais à l'aide. Solution désespérée pour un cas désespéré. Je fermais les yeux en attendant que tout se finisse et que je termine mon plongeon. Mais, soudain, des bras m'entourèrent la taille. Etait-ce une hallucination ? Vu la force des étaux qui me serraient et leur muscles je pensais à un homme. Ou... un ange ?
Dîtes, monsieur l'ange, vous êtes bien gentil de vouloir faire le reste du trajet avec moi mais, si c'est pas trop demander, vous pourriez me faire aller direct au paradis ?
Je gardais ma demande très peu polie pour moi. Peut-être le ferait-il tout seul. Car, si je le disais, j'avais peur qu'il ne fasse en rien ce que je lui avais demandé. Au contraire, si j'avais été à sa place, je me serrais laisser tomber dans l'eau sans ménagements.
Les bras me serrèrent plus fort et je commençais à prendre peur. Je me mis à me gigoter et un grognement me parvint. Un souffle me chatouilla oreille et je frémis au son merveilleux qu'il m'offrait.

-Reste tranquille si tu veux pas que nous mourrions tout les deux.

Je m'arrêtais instantanément. L'eau était si proche que je crus que mes pieds allaient la toucher d'un moment à l'autre. Et nous allions si vite... enfin, plus moi que lui. J'étais un vrai boulet de canon avec la vitesse collectée. Je devais le dérangez à mort. A mort, dit donc, j'avais bien choisi mon expression.
Le brouillard se fit autour de nous. Puis nous disparûmes purement et simplement. Maintenant que j'avais les idée un peu plus claires, je me demandais comment étriper Thess. Mes pieds touchèrent le sol et l'inconnu me lâcha en reculant. Je tombais à genoux en suffoquant, après avoir hurlé à plein poumons.
Après avoir repris une respiration normale, je m'asseyais sur mes talons.
Une main se tendit vers moi, comme venue de nulle part. Je levais les yeux pour regarder l'inconnu. Un frisson me parcourut toute entière lorsque mon regard croisa le sien, bleu polaire, bleu magnifique. Je ne savais plus où j'étais, il n'y avait plus que lui et moi. Une énergie attirante, qui émanait de lui, me donnais envie de l'embrasser pour goûter ses lèvres qui semblaient si délicieuses. Alors je pris SA mains sans que nos prunelles se lâchent.
Etait-ce l'homme qui m'avait sauvée ? Ses cheveux blond voletaient au vent, et je serais l'autre poing pour ne pas les caresser. Tellement de paroles auraient pu sortir de ma bouche, et tant de gestes aussi, mais je choisis la chose la plus simple et la première qui me vint à l'esprit, sans paraître un peu trop sensuelle comme les autres.

-Merci. Je jetais un coup d'oeil derrière moi pour voir si le trou était toujours là. Je frissonnais en repensant à quel point j'étais passée près de la mort.

-Mais de rien. Par contre, je ne comprend pas comment tu as fait pour te téléporter là. Il montra le ciel d'un geste vague sans me lâcher des yeux. Doux Jésus, j'avais été téléportée encore plus haut que la falaise.

-Thess, je vais te... marmonnais-je entre mes dents.

-Pardon ? me demanda le bel inconnu, surprit.

-Ah non, rien. Ce n'est pas moi qui me suis téléportée mais une amie c'est trompée de... destination. Je grinçais des dents. Il rit.

-Ah, d'accord, je comprend mieux. Comment t'appelles-tu ?

-Alesia. Et toi tu es... ?

-Alex, dit-il en prenant ma main pour la serrer. De nouveau, un bonheur incongru s'empara de moi lorsqu'il me toucha. Une sorte de bulle nous avait entourés, séparés du monde extérieur. Je clignais des yeux, en proie à un malaise. Mes jambes ne me tinrent plus et il me retint de tomber, se penchant un peu trop vers moi. Je me relevais avec hâte, marmottant un petit merci et reculais le plus loin possible, évitant de le nous mettre en contact au passage.

-Alex comment ? questionnais-je pour combler le silence remplit d'une tension tout autre que celle de la peur.

-Alex Angel Topaz. Ce nom me disait quelque chose... Il me sourit et je détournais les yeux pour ne pas encore perdre les pédales. Jamais un autre homme que Mark ne m'avait autant troublée, ni attirée de cette façon. C'est le choc, me rassurais-je, rien que ça.

-Alesia Emeraude Lewelynn, articulais-je.

-Alesia, répéta-t-il, sa voix me faisant l'impression de la soie sur ma peau. C'est un prénom magnifique. Je hochais de la tête en regardant mes pieds. Il s'assit avec un sourire détendu. Alors, comme ça, vous vous entraîniez ? Je m'assis à une distance convenable avec un petit sourire ironique.

-Oui, c'est un peu ça. Ma meilleure amie m'avait dit qu'elle n'était pas très douée pour se téléporter alors je me suis proposée pour l'aider... Maintenant, je ne le referais plus. Plus jamais. Je ris et il m'adressa un sourire irrésistible. Ce qui me fit rougir et baisser la tête instantanément.

-C'est pour se préparer pour la guerre ? m'interrogea-t-il en arrachant un peu d'herbe sous ses doigts agiles. Je suivis leur mouvements des yeux, hypnotisée. Comment faisait-il pour avoir autant de grâce dans les mains ? Un soupir amusé me sortit de mes rêveries.

-Hein ?! Oh pardon. Je me remémorais sa question. Oui, c'est exactement pour cela. Il hocha la tête comme s'il s'en était douté. Il fallait dire que ce n'était pas bien difficile. A moi de poser des questions. Que faisais-tu ici ? Enfin, je veux dire, sur cette falaise ?

-J'admirais le paysage. J'adore venir ici c'est... serein. Calme. Enfin, ça l'était... jusqu'à que tu apparaisses, venant de je ne sais où, en hurlant. A un moment, il me semble que tu as parlé de sirène. Je devins rouge écarlate jusqu'à la racine des cheveux. Je l'avais dit à voix haute ? Et ce que j'avais voulus lui dire quand je pensais qu'il était un Ange venu me chercher ? Pitié, non...

-C'est tout ce que j'ai dis ? Il réfléchit un instant en souriant ironiquement. Aïe, ça s'annonçait mal.

-Non. Tu m'as même demandé de t'amener directement au paradis. Tu as un sacré sens de l'humour ! Il secoua joyeusement la tête.

-Misère. Il éclata de rire et je me demandais comment, oui comment, avait-il fait pour entendre mes pensées. Je ne l'avais pas dit à voix haute, pourtant, murmurais-je.

Il s'arrêta de rire et je me rendis compte que ce sublime son me faisait plein de sensations dans le ventre.

-Tu as, en quelque sorte, partagé ses pensées avec moi. Donc, je les ai entendues. Mais je ne regrette pas. J'ai même faillis tomber avec toi tant cela m'avait déconcentré. Et tu t'es débattue lorsque j'étais en train de me concentrer ! Tu voulais faire un plongeon collectif ?

Tout cela semblait bien l'amuser. Pour ma part, je n'avais jamais été aussi rouge de toute ma vie. J'avais vingt ans, à présent, et il fallait que j'apprenne à contrôler mes expressions. Cela devenait plus qu'embarrassant.

-Non, pas vraiment, monsieur l'Ange. Je lui souris en regardant s'il captait la blague. Il fit la grimace.

-Monsieur, tu dis ? Ca me donne l'impression d'être vieux ! Sans que je m'en rende compte, il s'était largement rapproché de moi. J'avais l'impression que tout le temps s'était arrêté dès que nos regards s'étaient rencontrés. Ou habites-tu ?

-Dans la villa principale ou dans mon appartement, ça dépend. Enfin, quand je dis appartement, c'est un sorte de maison. Il parut étonné.

-Dans la villa principale ? Il fronça les sourcils. C'est bizarre, moi aussi. Comment ça ce fait qu'on ne se soit jamais rencontrés ? Je haussais les épaules, me posant la même question.

Tout à coup, il s'avança comme au ralenti vers moi. Je ne bougeai pas, comme pétrifiée devant sa beauté surnaturelle. Il se mit à quatre pattes et sa démarche ressembla à celle d'un félin. Mon Dieu ce qu'il est beau. Mon battait la chamade dans ma cage thoracique et mon souffle ainsi que mon calme étaient dans le même état. Calme toi, Al, calme toi. Mais je n'y arrivais pas ! Plus il s'approchait, plus ma lucidité partait en vrille.
Enfin, son visage s'arrêta à quelques centimètres du mien et son haleine me chatouilla la peau. Une partie de mon cerveau me criait de reculer, que c'était bien trop tôt et que, de toute façon, j'étais déjà prise. Pense à Mark !
Mais une autre était terriblement tentée de voir si ses magnifiques lèvres étaient aussi savoureuses qu'elle en avaient l'air. Il était beau à en mourir, amusant et il m'avait sauvé la vie. Mais la première partie avait raison ; je ne le connaissait même pas. Et Mark ? Qu'en penserait-il ? Sûrement pas du bien. Sa bouche fit une embardée jusqu'à la mienne mais je posais mes mains sur son torse et fermais les yeux. Reprends tes esprits ! me hurlais la voix de la lucidité. Je choisis un sujet de conversation très rapidement pour m'occuper les pensées, comme elle me le dictait.

-Où sommes-nous ? soufflais-je les yeux toujours fermés. J'ouvris les paupières et découvrit ses yeux rivés sur mes lèvres. Il les remonta pour me regarder comme on regarde une sucrerie. En temps normal, j'aurais été flattée. Mais, le problème de cette fois, c'est que je devais le scruter de la même façon.

-En Espagne, susurra-t-il en prenant mes mains pour les reposer sur mes genoux. Puis il se pencha de nouveau. Pendant que je prenais en compte sa réponse, j'écarquillais les yeux et le repoussais.

-Quoi ! m'étranglais-je. En Espagne...? Mais je suis censée être en Australie !
Tout à coup, tout se mit en place comme un puzzle à la télé que l'on met en marche avant. L'Espagne... c'était chez les Anges. Mes ennemis. Et si on ne s'étaient jamais rencontrés... c'était parce qu'il faisait partie de la villa principale des Anges ! Et son nom qui me disait quelque chose... mon coeur défaillit lorsque je reconnus enfin à qui il appartenait. Le meneur des Anges, marmonnais-je, tu es le meneur des Anges.

Et moi qui sortait avec le meneur des Démons ! Quelle ironie d'être attirée par l'ennemi juré de son petit ami ! Je me relevais précipitamment et dû lire dans mes yeux que j'avais tout compris. Il se leva à son tour.

-Il y a un problème ? Je le regardais, abasourdie.

-Oui, il y en a un. Je suis un Démon. Et je sors avec leur meneur, Mark Hell. Et là, j'ai faillis... j'ai faillis t'embrasser, merde ! Je me rendais enfin compte de ma bêtise. Ce que la lucidité me disait que j'avais faillis ne pas écouter. Mais oui, quelle idiote ! Ca aurait dû être ma première question : de quel camp es-tu ?
L'étonnement passa dans son regard avec de la tristesse. De la tristesse ? Non ! J'avais mal analysé. Je le bousculais et regardais autour de moi. A présent, l'odeur, la bonne odeur, de la mer et des oranges se mélangeaient dans mon nez. Chez moi, ces odeurs étaient rarement fréquentes. Je me dirigeais à pas hargneux vers un arbres et mis adossais, une main sur le front.
Maintenant que j'avais les idées claires, je me rendais compte de tout. Thess devait être morte de trouille. Cela devait faire une demi heure que j'étais absente, même plus. Qu'aurait-elle fait après m'avoir cherchée sans me trouver ? Elle serait allée voir Mark. Il fallait que je rentre avant qu'ils paniquent vraiment tous les deux.

-Au revoir, dis-je à Alex qui m'observait avec une moue séductrice. Je l'ignorais pour ne pas retomber dans ses filets.

-Non, reste, s'il te plaît. Il n'avait toujours pas comprit qui j'étais ni qu'elles étaient mes fréquentations ? Il ne pouvait pas me dire qu'il s'en fichait quand même !

-Pas question. Au revoir, répétais-je et je me téléportais directement sans attendre de réponse. J'avais été dure avec lui, je le savais. Mais d'abord, il fallait que je me rattrape avec Thess et Mark. J'arrivais dans mon salon, Thess se mordait les doigts assise au comptoir et Mark faisait les cent pas.

-Al ! s'exclama Thess, le soulagement perçant dans sa voix. Je suis désolée vraiment désolée... elle se mit à sangloter. Au début, j'avais prévu de la tuer-enfin, pas vraiment- mais, comme j'étais restée avec Alex au lieu de revenir, c'était à présent ma faute. La culpabilité m'envahit et je me mordis la lèvre inférieure.

-Je vais bien, Thess, calme-toi. Je ne t'en veux pas.

En opina en reniflant puis laissa la place à Mark. Il me serra et j'enfouis ma tête dans son torse.

-Je te dis pas Al, quand Thess est revenue paniquée dans le salon. Elle m'a dit qu'elle t'avait téléportée puis attendue mais que tu n'étais ma revenue. Alors elle est allée dans l'hôpital pour te trouver et t'a cherchée partout. Puis elle est venue me trouver pour me dire qu'elle ne savais plus où tu étais ! Mais où étais-tu passée ?

Je sentais son coeur battre rapidement dans son torse. La peur était encore là et il se défoulait en paroles pour la faire disparaître. Vint le moment où je devais répondre.

-Je me suis retrouvée dans le centre commercial, mentis-je. Puis j'ai rencontré un ami. Ils froncèrent les sourcils. Ils connaissaient tous mes amis comme les leurs. Je décidais de broder encore plus. Un ami rencontré en vacances quand j'étais plus jeune. On a parlé. Je suis désolée je n'ai pas pensé que vous prendriez peur.

Mark me serra plus fort pour me montrer qu'il me croyait. Je ne lui avais jamais menti, jusque là. Nous nous disions tout, il n'y avait pas de secrets entre nous. Et, il y a quelques minutes, j'avais presque embrassé un autre. Et pas n'importe lequel. Mais bon, c'était une aventure à oublier. Après tout, je n'aurais plus jamais à le revoir, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destinee-a-un-ange.forumactif.biz
 
Chapitre 2 : Rencontre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels
» Chapitre SM perso: mes "Doom Dragons"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'histoire :: Le passé d'Alesia-
Sauter vers: