Quand l'amour fait des ravages...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 7 : Le rêve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélanie Amethyst Lewelynn
Admin
avatar

Verseau Messages : 155
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 23
Localisation : Le Vésinet

MessageSujet: Chapitre 7 : Le rêve   Jeu 28 Jan - 17:09

7/LE RÊVE



Point de vue de Mélanie

Je refermais la porte derrière moi et me dirigeais vers la salle de bain. J'entrais directement dans la douche et fermais les yeux. L'eau chaude m'aidait à réfléchir. Je fis un pas en avant pour la laisser couler le long de ma colonne vertébrale.
Jack m'avait caché quelque chose. Quelque chose d'important. Et j'avais la très mauvaise impression que j'étais enfoncée jusqu'à la taille dans ce quelque chose.
L'inquiétude me raidit les épaules.Il avait essayé de me dissimuler sa peur, de la remplacer par un calme et une assurance qu'il ne ressentait pas. Et même si j'étais à ses côtés depuis moins d'une semaine, je le connaissais-ou du moins j'avais l'impression-aussi bien que mon frère.
Il n'avait pas peur souvent. Ce qui voulait dire que c'était très très mauvais.
Un instant, un mélange d'hystérie et d'angoisse me noua l'estomac.
Je voulais savoir. Non, rectification : Je devais savoir. Sinon, j'allais devenir folle.
Je sortis de la douche en frissonnant, malgré l'eau brûlante. Je m'enveloppais d'une serviette et allais m'asseoir sur mon lit.
Je n'avais le temps de rien faire maintenant. Demain, je poserais des questions à Jack pour qu'il crache le morceau. Angie et Kate pourraient aussi m'aider. Oui, c'est ce que je ferais.
Une lumière rouge attira mon attention. J'observais le clignotant le temps de quelques battements de coeur avant d'appuyer dessus.
La voix d'Angie emplit la pièce d'une humeur joyeuse, détendant la tension palpable faite par ma seule personne.

-Coucou Mel, c'est Angelina.

L'excitation faisait résonner sa voix comme une mélodie pétillante de malice et de joie.

-Je sais que ça va te paraître idiot mais on voulait te proposer de venir à une sorte de pyjama party. Enfin c'est...différent. Comme ça, tu pourras rencontrer nos amies, à Kate et à moi. Bon, j'attends ta réponse. Bisoux.

J'appelais et tombais sur la messagerie.Je laissais un bref message en disant que j'acceptais de venir avec plaisir. Rencontrer de nouvelles personnes et revoir Carmen me réjouissais.
Après ça,je m'effondrais de sommeil sans même me mettre sous la couette -j'avais encore des heures de repos à rattraper- et sombrais directement.

__________________________________
Je me retrouvais dans une salle toute blanche et compris que je rêvais.
Un homme habillé dans un complet de la même couleur s'approcha de moi et du bleu apparut dans le ciel sur son passage, ne laissant seulement que quelques nuages que je pouvais toucher si je tendais le bras. Je ne le fis pas. Allez savoir pourquoi.
Il s'arrêta à peu de pas de moi, assez pour que je puisse le contempler.
Oui, j'ai bien dit le contempler.
Car il était d'une beauté effarante. Il arborait un air paisible et un grand sourire. Ses cheveux roux extrêmement clairs virant vers le blond bougeaient légèrement à cause de la douce brise qui me caressait les joues.
Ses yeux, deux vrai saphirs piqués d'éclats verts, étaient tout simplement superbes.
On aurait dit qu'ils avaient été incrustés dans ce visage parfait, sans défauts apparents.
Un dieu. Un dieu qui ressemblait en tous points à...un Ange. C'est alors que je compris.
Ce sourire, ce regard,cette expression...Ils m'étaient si familiers !
Cette homme en face de moi, c'était mon frère.Ou du moins, le sosie de Paul.
Un éclair de compréhension me parcourut.

-Papa, soufflais-je, ébahie.

Son sourire s'élargit, découvrant une rangée de dents d'une blancheur éclatante.

-Heureux que tu m'es reconnu.

Je ne pus que lui rendre son sourire.Comment s'empêcher de sourire à son père, parfaite copie-plutôt l'inverse-de son frère alors que l'on en est incapable avec celui-ci ?
Réponse : On ne peut pas.
Tout à coup, j'eus envie de lui sauter au cou, de le serrer contre moi. J'avais tant de questions à lui poser, tant de temps à rattraper...
Ma joie disparu net quand je compris que quelque chose clochait. Je me rembrunis aussitôt.

-Vous êtes trop jeune.

-Pardon ?

La surprise lui fit écarquiller les yeux, cela ne le rendant que plus viril, plus attirant.

-Vous êtes trop jeune pour être mon père, dis-je en articulant bien pour qu'il comprenne. Vous êtes à peine plus vieux que moi !

Il rejeta la tête et éclata d'un rire ultra plaisant, pareil à une caresse. Je frémis.

-C'est dingue ce que tu ressemble à ta mère !

Ses yeux redevinrent sérieux mais son sourire resta en place.

-J'ai été tué à cet âge , Mélanie. Ici, dit-il en montrant l'espace d'un geste gracieux, nous restons pour l'éternité à notre plus bel aspect.

Je hochais la tête. Je le croyais, je ne pouvais faire que ça. La ressemblance était trop frappante pour être ignorée.
Il fit le dernier pas qui nous séparait. A présent, il était si près que nos deux corps de touchaient presque. Si je prenais une grande inspiration, ma poitrine frôlerait son torse musclé, nous mettant en contact.
Je levais les yeux vers lui ; son souffle était court, ses traits déformés par le désir.
Du désir ?
Je dus faire usage de toute ma volonté pour ne pas reculer. C'était mon père, après tout.
Non, il n'y avait pas que ça. J'avais envie de lui mettre la main dans ses cheveux, d'approcher mon visage du sien. Comme si Alésia passais par moi pour revoir l'homme qu'elle avait perdu.
Je secouais la tête pour faire disparaître les images qui y défilaient.
Michel recula un peu pour me scruter. Je ne lui camouflais pas mon trouble.

-Désolé, s'excusa-t-il. Tu ressembles tant à ta mère que c'est dur de ne pas confondre.

Ses yeux fixèrent le vide derrière moi et je les vis ce voiler, laissant les souvenirs y défiler.

-Tes expressions, ta voix, ton caractère, ta beauté...(il soupira) Tu es sublime ma fille, une beauté fatale. Pardonne-moi l'allusion.

Je voulus protester mais il posa son index sur ma bouche.

-Je ne suis pas venu pour converser, ma fille. J'ai une nouvelle terrible à t'annoncer. Une guerre, une nouvelle guerre.

-Et j'en ferais partie, devinais-je.

Il opina.

-Oui. Reprenons par le début. Au 17ème siècle, les Anges et les Démons se battaient déjà. Mais comme tu le sais, nous avons toujours été égalité. Une sorcière neutre voulait que ça cesse, qu'un monde gagne. Elle a donc jeté un sort qui s'appliquerait dans le futur. Ce sort consistait à créer deux camps.
«Chacun posséderait huit membres. Tous les membres, Anges et Démons, hériterait d'un pouvoir spécial, d'une vertu et, biensûr, serait représenté par une pierre précieuse.Les qualités et défauts de la pierre seraient les qualités et défauts de la personne. Tous seraient reconnaissables par leur deuxième prénom, le nom de la pierre précieuse.
«Les membres des camps seraient extrêmement liés, comme une deuxième famille. Certains se mettraient même en couples. Dès que les huit membres de la prophétie seraient réunis, le processus commencerait. Les pouvoirs, la vertu et le nom de la pierre seraient dévoilés. Tous auraient un bracelet avec ces informations gravées dessus.
«Seules les sorcières avaient des pouvoirs à ce temps là. Quand les gens normaux on découvert leur existence, ils ont décidé de toutes les tuer. Ennée, la sorcière neutre, a été découverte et brûlée vive. Au moment où les flammes la dévorait, elle jura que, comme les deux camps l'avaient trahie, leur sort tiendrait sur le choix d'une seule personne.

Je ne pus me retenir de poser la question que j'avais en tête :

-Qui est cette personne ?

Mon père haussa des épaules, un geste d'une grâce folle quand c'était lui qui le faisait.

-Si elle en a choisi une, elle n'a pas dit son nom. Tout ce que je sais, c'est que le choix sera difficile à cause de doutes.

-Comment les membres sauront quand et où se retrouver ?

Il sourit.

-Comme toi. Il seront prévenus en rêve.

-Qui sera choisi ?

-Tu le verras à la prochaine pleine lune à la frontière des deux mondes.

Au moins j'avais essayé...
Michel commença à disparaître petit à petit. Je lui pris la main, totalement affolée. Je voulais qu'il reste avec moi.

-Papa ! Ne me quittes pas !

Il me sourit et m'attira à lui. le dos de sa main effleura ma joue. Il déposa un baiser sur le côté droit de mon cou. Je frémis. Ce mouvement aurait pu être un peu trop intime mais, bizarrement, je ne le trouvais pas déplacé.

-Tu me reverras, ma magnifique fille. Ne t'inquiète pas pour ça.

J'enfouis ma tête dans son torse.

-Je t'aime, Papa.

Il me serra plus fort.

-Je t'aime aussi, ma chérie.

Et il disparu. C'était comme s'il n'était jamais venu. Mes bras retombèrent mollement de chaque côté de ma taille, les larmes commencèrent à couler à grand flot. Mes jambes se dérobèrent sous moi et je tombais à genoux. Un énorme trou dans mon coeur venait de se creuser. Pourquoi fallait-il que je perde mon père encore une fois ?
Je pressais mes mains sur mes yeux et me recroquevillais sur moi-même, la joue collée contre le sol glacé. Mon père venait de m'annoncer mon destin. Et je l'acceptais sans ciller. Tel je serais : Mélanie, l'Améthyste sang-mêlée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destinee-a-un-ange.forumactif.biz
Angelina Amber Wilson

avatar

Bélier Messages : 49
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: Chapitre 7 : Le rêve   Dim 25 Juil - 16:17


C'est un de mes chapitres préférée
Je suis accro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chapitre 7 : Le rêve
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels
» Chapitre SM perso: mes "Doom Dragons"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'histoire :: Tome 1-
Sauter vers: