Quand l'amour fait des ravages...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 8 : Sombre Horizon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélanie Amethyst Lewelynn
Admin
avatar

Verseau Messages : 155
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 23
Localisation : Le Vésinet

MessageSujet: Chapitre 8 : Sombre Horizon   Jeu 28 Jan - 17:12

8/SOMBRE HORIZON




Point de vue de Paul


Je me dirigeais dans les couloirs sans fin de mon beau père. Je pouvais faire le chemin les yeux fermés tant je l'avais utilisé ces derniers temps. Lucifer n'arrêtait pas de m'appeler à son bureau pour me questionner sur Mélanie. Il essayait de me convaincre de lui dire où elle était passée mais ma réponse était toujours la même : je ne sais pas. Ce qui est en partie vrai.
De toute façon, je n'avais aucune envie de lui dire qu'elle était chez les Anges. C'était hors de question. D'abord parce que je ne trahirais jamais ma soeur. Ensuite, car il était capable de déclencher une guerre pour la ramener.
J'essayais d'ignorer la douleur aiguë qui montait en moi quand je pensais à elle.
Je me sentais vide et triste depuis son départ. Comme si on m'avait enlevé une partie de moi, une partie qu'elle avait emmenée avec elle.Lindsey faisait tout pour me réconforter, en vain. C'était inutile ; Mel était la seule à pouvoir le faire. Malgré toute ma douleur, je continuais de la protéger.L'amour nous rend vraiment bizarres, des fois.
Laurent, le serviteur principal de Lucifer, se matérialisa devant moi, un sourire aimable aux lèvres. Je le connaissait depuis assez longtemps pour savoir que c'était un faux. Il me détestait et c'était réciproque. Seule la terreur que Lucifer lui proférait l'empêchait de m'insulter. Des fois, je me dis qu'avoir qu'avoir le démon en chef à vos côtés à quand même des avantages.

-Paul.

-Laurent.

-Si vous voulez bien me suivre...

Une irrésistible envie de dire non me submergea mais je la ravalais. Nous nous défiâmes du regard. Il détourna les yeux en premier-comme toujours- et se mit à avancer sans même regarder si je le suivais. Je le suivis de mauvaise grâce, observant au passage les tableaux disposés tout le long du couloir.
Violence, guerre, sang et sexe.
Voilà ce qu'ils représentaient. De horreurs pures. La seule chose de belle était la tapisserie. Et c'était aussi la seule chose que m'a mère avait choisi de mettre. Elle était d'un marron profond piqué de pierres brillantes violettes. La couleur de ma soeur.Là encore, je réprimais un cri de souffrance.
Je me concentrais sur l'homme devant moi. Laurent était plus petit que moi et assez rondouillet. Ses cheveux étaient tout le temps désordonnés et des petites lunettes rondes étaient perchées au bout de son nez de cochon. Il avait des disgrâces partout sur le visage et une démarche hésitante et maladroite. On ne pouvait même pas le dire "mignon" ; le seul adjectif qui me venait en tête lorsque je le regardais était "moche".
Ma soeur et moi avions toujours eu du mal à différencier les personnes. Les classes "beau", "ni beau ni moche" et "moche" étaient notre idée. J'avais toujours trouvé ça plus facile.
Il se tourna vers moi, ses petits yeux plissés lui donnant l'air d'une fouine qui fixe sa victime en sécurité de l'autre côté du grillage.

-Mr Hell est content, pour une fois. Tachez de ne pas ternir son humeur.

J'aurais pu lui répondre que je m'en contre fichais. Mais que mon beau-père soit content ne signifiait qu'une chose : il y avait une bonne nouvelle-enfin, pour lui- à l'horizon. Et ça c'était important. Cela voulait-il dire qu'il avait retrouvé Mélanie ? Comment aurait-il pu ? Alesia lui aurait dit ? Noooon, impossible.
Laurent m'ouvrit la porte en me fixant d'un air mauvais. J'avançais dans la pièce, le corps raidit par le doute.
Le bureau de Lucifer est l'une des plus belle salle de maison. La lumière filtrait faiblement dans la pièce peinte dans une couleur entre le marron et le noir. Les seuls meubles étaient d'un acajou poli, se fondant dans le décor.
Mon beau-père était assis derrière un énorme bureau au milieu du mini hall, les mains croisées sur dessus. Une immense bibliothèque remplie de livres était dressée dans son dos. Le seul tapi de la demeure était placé à mes pieds, invisible. Etant de la même teinte que le parquet en bois sombre, on ne le sentait que lorsqu'on marchait dessus. Dans le coin, un siège en cuir noir surplombé d'un haut dossier et d'accoudoirs aussi longs que deux bras ensembles était la version réduite de celui derrière le bureau.
Lucifer se leva à mon arrivée, le sourire aux lèvres et les bras écartés comme pour accueillir un vieil ami.

-Paul ! (son sourire s'élargit) Je suis ravi de te revoir !

-ce n'est pas réciproque mais bonjour quand même.

Il ne réagit pas et se rassit, toujours cette expression amicale collée aux lèvres.
Ca commençais mal...

-Les nouvelles s'arrangent.

-Vos "bonnes nouvelles" sont différentes des miennes, répliquais-je calmement.

En réalité, je ne ressentais en rien ce calme. Mon estomac était noué et mes épaules crispées.
Cette fois, il fronça les sourcils.

-Je ne t'ai pas demandé de venir pour me disputer avec toi, Paul. Fais un effort, s'il te plaît.

J'arquais un sourcil, étonné. Il ne disait pas "s'il te plaît" souvent. ce fus la seule raison qui me poussa à me taire.

-Vous avez retrouvé Mélanie ?

-Non.

Un seul mot qui me fit ressentir plusieurs sentiments à la fois : soulagement, peine et enfin, surprise. S'il n'avait pas retrouvé ma soeur, que pouvait bien être sa "bonne nouvelle" ?
Je le regardais fixement, et remarquais son air agacé.

-Et c'est d'ailleurs la seule chose qui me tracasse. (Ses épaules se détendirent et son sourire réjoui réapparu.) Mais heureusement, une mauvaise chose en amène toujours une bonne.

J'attendis patiemment la suite, toujours debout comme un piquet au centre de la salle.
Il fit une moue déçue, apparemment mécontent que je ne sautille pas dans la pièce d'impatience, comme un crétin.

-J'ai découvert le manuscrit d'Ennée.

Il se stoppa pour observer ma réaction. S'il s'attendait à que je l'applaudisse, il se fourrait le doigt dans l'oeil. J'effectuais un simple haussement d'épaules qui voulait tout, et rien dire à la fois.
Il se renfrogna et je réprimais, avec toutes les peines du monde, un sourire narquois.

-Tu n'as pas l'air de comprendre, soupira-t-il. Nous avons trouvé un moyen de régner sur la Terre. De gagner la partie.

Il n'attendis pas de voir mon visage pour continuer, se disant sûrement que j'allais le décevoir une nouvelle fois.

-Nous avons découvert l'existence du Cycle des Pierres. Tu te souviens qu'un de vous deux devait avoir des pouvoirs ? Et bien c'est encore mieux.

Il me raconta une histoire qui avait l' air tout bonnement sortie de son imagination. mais, bizarrement, je le croyais. Je sentais une flamme s'allumer en moi, une flamme que je n'avais ressentie avant.
Quand il eut terminé ; je lui tournait le dos et me dirigeais à grand pas vers la porte, les jambes engourdies par le temps que j'avais passé debout.
Lucifer me rappela. je pivotais vers lui et le dévisageais.

-Quoi encore ?

Son sourire s'était envolé, laissant place à son sérieux habituel.
Lucifer n'était pas son vrai nom. Comme Michel, s'était le nom que le peuple leur avait donné. Lucifer représentait l'Enfer comme Michel représentait le Paradis. Mark, voilà son vrai prénom. Et Alex était celui de mon père. Mark-Alesia-Alex, le tri amoureux connu de tous ; Lucifer-Alesia-Michel.
Mark est grand, beau et d'un charme fou. Ses cheveux bruns entouraient parfaitement bien son visage, ses yeux d'un bleu nuit parsemés d'éclats argentés. Son visage pâle était comme incrusté dans de la pierre.
Les sourires qu'il faisait à ma mère le rendaient si différent... Le montrait sous sa vraie nature. Fou amoureux d'Alesia, prêt à tout pour elle. Le Mark, le réel. Il se voulait effrayant mais, en fait, il était fragile. C'est cet homme là que ma mère aimait.

-Il est aussi bon que l'était Alex, m'avait-elle dit. Il se cache, Paul. Sinon, plus personne ne lui obéirait.

Mais je voulais le voir pour le croire.
Il me sortit de mes pensées par ses paroles :

-Nous retrouverons Mélanie. Les Pierres Mortelles nous aideront.

-Non. Où qu'elle soit, elle est sûrement mieux qu'ici.

Sur ce, je sortis et claquais la porte derrière moi. Laurent qui attendait dans le couloir me foudroya du regard et devint tout rouge.

-Oh vous, fermez la.

Puis je me téléportais dans ma chambre. Les Pierres Mortelles seraient le camps-les huit membres-des démons.
Les Pierres Vitales, celui des Anges.
J'allais prendre une douche en vitesse et me couchait. Je m'endormis directement et rêvais.

_________________________________

Je me retrouvais dans le noir, seul. Tout à coup, ma mère fendit les ténèbres mais je n'arrivais à voir que sa peau naturellement bronzée. Du rouge apparut dans le ciel et je pus enfin distinguer sa tenue. Une robe ultra sexy fendue presque jusqu'à la culotte. Si elle en portait une. Je ne l'avais jamais vue habillée comme ça.
Elle s'avança vers moi en souriant. Mes yeux s'arrondirent de stupeur.
Elle avait rajeuni !
Elle ressemblait à Mélanie comme si elle état sa jumelle. J'ouvris la bouche mais elle me prit de vitesse.

-Plus tard les questions, mon fils. J'ai une terrible nouvelle à t'annoncer. Une guerre, une nouvelle guerre. L'horizon est sombre, très sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destinee-a-un-ange.forumactif.biz
Angelina Amber Wilson

avatar

Bélier Messages : 49
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: Chapitre 8 : Sombre Horizon   Dim 25 Juil - 16:29


Super chapitre ma belle !!!
Je passe a la suite =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chapitre 8 : Sombre Horizon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Story] Sombre Miroir : Chapitre 5
» [LOY] Chapitre des Ultramarines
» W40K-JDR "La Sombre Hérésie"
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'histoire :: Tome 1-
Sauter vers: