Quand l'amour fait des ravages...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 18 : Deux amours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélanie Amethyst Lewelynn
Admin


Verseau Messages : 155
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 22
Localisation : Le Vésinet

MessageSujet: Chapitre 18 : Deux amours   Dim 25 Juil - 17:41

DEUX AMOURS





Point de vue de Mélanie


Une main se posa sur mon genoux et je levais lentement la tête, comme au ralenti. Tout mon cerveau était embrouillé, des phrases se mélangeais ayant toute le même sens et des questions auquel je ne pouvais pas répondre m'assaillaient. Mes yeux rencontrèrent un regard bleu polaire envoûtant et rassurant. J'eus envie de me lâcher dans les bras de Jack et de pleurer. Malheureusement, je n'en avais ni la force nécessaire, ni assez d'eau dans mon corps. J'étais assise sur le sol, le dos contre le mur et les genoux ramené à la poitrine. Mon Ange se plaça à mes côté et je posais ma tête sur son épaule. Il soupira.

-Que puis-je dire ou faire pour te remonter le moral ?

J'eus un petit rire, entre l'ironie et les pleurs. Au moins, il essayait de m'aider. Je ne savais pas ce que je ferais sans Jack. Vivre sans lui me serait impossible tant il m'étais précieux. Chaque jour j'avais encore plus besoin de lui, chaque jour mon amour augmentait à son égard. Il était pour moi comme de l'héroïne pour un drogué. Sauf qu'il n'avait rien de nocif. Tout ce qu'il avait apporté dans ma vie ne pouvait pas se compter. Je n'avais rien d'aussi bien à lui donner, à part mon coeur, mon corps et mon âme toute entière. Et il ne voulait rien de plus. J'étais une vrai petite chanceuse sur le coup.

-Tu n'as pas besoin de faire ça, mon Ange, tout ce que tu fais pour moi et déjà bien assez.

-Je ne suis pas de ton avis. Sais-tu ce que je ressens, moi, à chaque fois que je te vois dans cet état ? N'as-tu jamais pensé que cela me ferait peut-être souffrir ?

Je voulait répondre "oui" mais ce serait un mensonge. Je n'étais qu'une sale égoïste.

-Non, avouais-je. Et j'en suis désolée.

-Tu n'as pas à l'être, Mélanie. Il leva les yeux au ciel avant de revenir sur moi. Ce que j'essaye de te faire comprendre, c'est que je ne fais jamais assez pour toi. Je me résume à de simples monologues au lieu d'agir.

-J'adore tes monologues ! protestais-je.

Il ris doucement. Ma main vint sur son visage et agrippa son menton pour ensuite que je plonge mes yeux dans les siens.

-Je t'assure que tu n'as rien à faire. Tu m'offre déjà ton amour et cela m'aide à un point que tu ne peux même pas imaginer. Ce que je ressens, tu ne pourras jamais me l'enlever. Je suis la seule à pouvoir le faire pour la même raison que je dois faire un choix. Tout ça serait trop facile, sinon.

Il soupira de nouveau et je souris devant sa moue insatisfaite. Je collais ma bouche à la sienne et il me rendis mon baiser avec un quelque chose de désespéré. Mon corps se tourna entièrement vers le sien et je sentis le désir refluer entre nous. Il me plaqua contre le mur et je fermais les yeux avec un sifflement de plaisir. Soudain, un claquement de langue exaspéré nous interrompit et je rouvrais les paupières. Le rouge me monta directement aux joues dès que mon regard rencontra des yeux émeraudes similaires aux miens. Jack me lâcha avec regrets mais je voyais bien que la colère l'emplissait à cause de la présence de son ennemi. Paul était là au milieu de ma chambre qui ressemblait plus à un lieu de rendez-vous depuis ce matin qu'à l'endroit où j'étais sensée me reposer. Si je n'avais pas dormi pendant plusieurs heures, j'étais à peu près sûre que j'aurais passé une excellente nuit. Entre Jared, Lindsey, Jack et maintenant Paul - et je ne savais pas si j'avais eu une visite pendant mon sommeil- ça faisait un peu beaucoup.
Un vent brûlant me picota la peau et j'écarquillais les yeux. Pendant que je réfléchissait au petit monde qui avait emplit ma chambre, j'avais oublié la tension entre les deux hommes. Le pouvoir de Jack me balaya la peau en piques glacées mordantes. Je frissonnais et me levais en me frottant les bras comme si cela pouvait enlever cette sensation dérangeante. Mon geste ne servit à rien vu que les deux pouvoirs submergeaient toutes la pièce entière.

-Stop ! criais-je au moment ou Paul allais vraiment attaquer mon Ange.

Je me plantais devant mon frère en levant un peu les yeux vu qu'il était plus grand que moi. D'accord, dévisager une personne en essayant de faire passer un ordre dans le regard n'est pas une part de gâteau quand on est plus petit. Mais je fis quand même mon petit effet.

-Que fais-tu ici, Paul ?

-Je n'ai plus le droit de voir ma jumelle ? demanda-t-il avec un air et un sourire angélique. Je devais avouer qui le faisait très bien. Je secouais la tête. Il m'amadouais encore. Mon dieu ce que j'étais autoritaire...

-Je ne rigole pas. Que fais-tu ici ? répétais-je. Il repris du sérieux et me répondit franchement.

-Je voudrais te parler. En privé si possible. Je pivotais vers Jack et l'interrogeais du regard. Il hocha la tête, s'avança vers moi et embrassa mon front. Après quoi il s'en alla non sans avoir foudroyé mon jumeau des yeux avant. Je revins sur mon frère.

-Ce serait trop demandé d'arrêter de venir dans ma chambre sans arrêt ? On se dirait dans une foire. En plus je pourrais être occupée...

-A faire des choses personnelles avec lui ? termina-t-il, la colère faisant vibrer sa voix. J'ignorais son expression torturée même si cela me coûtait beaucoup plus que je n'en laissais paraître.

-Par exemple. Ou bien je pourrais être nue. Ses yeux pétillèrent et il éclata de rire.

-C'est vrai que je n'y avais pas pensé ! gloussa-t-il. Mais j'avoue que ça ne me dérangerait pas plus que ça. Ils se pencha doucement vers moi et déposa ses lèvres sur les miennes. Tellement peu de temps que ce fut un baiser presque chaste. Il se détacha de moi et je baissais les yeux pour regarder mais pieds avec un nouvel intérêt naissant.

-Je ne comprends plus rien, soufflais-je.

-Comprendre quoi ?

-Toi. Tu es heureux avec Lindsey, je pars et plus rien ne va bien. Puis j'apprends que tu la quittes en quelque sorte sans aucune raison valable et maintenant, tu m'embrasses. Non, c'est sûr, je suis complètement paumée.

-C'est... compliqué. Mélanie dès que tu es partie j'ai compris ce que tu signifiais pour moi. La première fois que j'ai vu Lindsey, le temps ne s'est pas arrêté. D'accord je suis tombé amoureux mais mes sentiments semblait toujours aller ailleurs. C'est toi que j'aime, Mel.

-Mais le temps ne s'est pas arrêté pour nous non plus !

-Qu'est ce que tu en sais ? La première fois que l'on s'est touché, nous étions dans le ventre de notre mère. Et la première fois que l'on s'est vu nous étions minuscules ! Je devais dire qu'il n'avait pas tort. Même qu'il avait entièrement raison. Peut-être que le temps s'était arrêté et que mon coeur s'était attaché au sien quand nous étions petits. Le seul problème, parce qu'il y en avait toujours un, c'était qu'il y avait Jack dans sa jolie petite histoire. Il était mon destin, l'homme qui m'était destiné et il avait été le centre de mon univers quand je l'avais rencontré, quand nos yeux s'étaient croisés. Pouvais-je avoir deux hommes qui m'étaient destinés ?

-Je sens venir en "mais", soupira Paul. Cela me fit sourire.

-Mais il y a Jack dans ma vie. Et le temps s'est arrêté pour nous.

-J'espérais que tu ne me dise pas ça.

-Je sais. Il me pris dans ses bras et je le laissais faire. J'avais beau être avec Jack, j'aimais quand même Paul. Peut-être pas de la même façon, mais je l'aimais. Ses bras me réconfortais comme toujours, sa tête enfouie dans mes cheveux aussi. Il gémis doucement et me serra plus fort.

-Tu sens tellement bon, murmura-t-il de sa voix envoûtante. Oui, sa voix me plaisais. Comme son physique et son âme. Il avait un soprano magnifique, comme Jack, comme il est extrêmement rare d'en trouver. A ce moment même, j'avais envie de faire une danse de la joie et en même temps du malheur. J'étais heureuse de les avoir et malheureuse pour la même raison. Parce que vivre avec les deux ne serait pas possible. Pourtant, j'avais quand même une préférence envers Jack. Paul ne savait pas se qu'il disait. Il ne pouvait pas laisser Lindsey comme ça.
Ou peut-être que si, me souffla une petite voix dans ma tête.
Je secouais la tête. J'étais en train de devenir folle ! N'empêche, c'était quand même un peu logique. Dans les situation comme ça, soit tu deviens folle, soit tu te laisses dépérir. Ou sinon, troisième décision, tu rigole comme une taré. Je décidais de choisir celle-la vu que les autres ne semblait pas réjouissantes. J'eus donc un petit rire nerveux. Paul se détacha de moi pour m'observer.

-Pourquoi ris-tu ?

-Tu préfère que je pleure ? Il arqua un sourcil et me fixa pour voir si je plaisantais. J'étais désolée pour lui mais la réponse était non. J'étais mortellement sérieuse.

-Non. Et il se mit à glousser avec moi. On aurait dit deux débiles mentaux mais j'étais contente que mon frère me suive. Enfin, nous nous arrêtâmes et il me scruta un moment comme pour graver mes traits dans sa mémoire.

-Mélanie, tu sais qu'après demain, c'est la prochaine pleine lune...

J'opinais à contre coeur. Oui, ça serait ce jour là que tout allait changer. J'avais eu un mois pour faire mon choix. Résultat des comptes : je n'avais toujours pas pris de décision. Il continua :

-Et... je voudrais... j'aimerais bien... passer mes derniers moments avec toi avant que tout ne change à jamais.

Je plissais les yeux. J'aurais eus les larmes aux yeux si j'avais bu un peu. Je me réjouissais de ne pas l'avoir fait. Il ne fallait pas pleurer. Paul avait raison, rien ne serait comme avant. Alors je ne voulais pas gâcher nos dernier instants ensembles.

-Oh Paul... biensûr ! Un immense sourire illumina son visage parfait et il me prit la main.

-Alors on y va. Cette fois, ce fus à moi de hausser un sourcil.

-Aller où ?

-Chez nous. Il n'eut pas besoin d'en dire plus. Je comprenais qu'il ne veuilles pas rester chez ses ennemis.

-Attends je vais prévenir Jack.

Je me dirigeais vers la porte et sortais. Mon Ange attendais, les yeux clos, assis par terre contre le mur. Le souvenir de mon arrivée ici refit surface. Moi perdue comme une gogole dans les couloirs, lui me trouvant assise au sol en train de hurler et m'adressant un sourire narquois. Il ouvrit les paupière et ses prunelles se posèrent directement sur moi.

-Où vas-tu ? me demanda-t-il en se levant.

-Je vais avec Paul. Il veut que nous passions nos derniers moments ensembles avant la pleine lune.

-J'aurais le droit de faire ça avec toi moi aussi ? Ses lèvres se fendirent en un sourire irrésistible. Je l'embrassais et soufflais.

-Tu n'as même pas à poser la question. Puis il me relâcha et je reculais jusqu'à mon jumeau. Celui-ci pris ma main et je jetais un dernier regard à Jack avant de disparaître. Ma main dans celle de Paul, je me sentais bien, mais incomplète. Une partie de moi voulait rester chez les Anges, avec Jack. L'autre était bien, et voulait rester avec mon frère. Etait-ce ça d'avoir deux amours ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destinee-a-un-ange.forumactif.biz
 
Chapitre 18 : Deux amours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA CAMPAGNE DES TENEBRES (Chapitre Deux)
» fanfic phoenix wright
» Le chapitre deux de la garde en texte
» [NON I.E] L'histoire d'une famille, la famille Tominari ! [Chapitre 2 en ligne !]
» Un deux trois, trois p'tits chats ! (Pour le plaisir, la vidéo d'Adibou)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'histoire :: Tome 1-
Sauter vers: